<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=520191968931277&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

L’innovation numérique au service du secteur de l’énergie : l’histoire de SRD

Data Stories Energie & Utilities

28 mai 2020

Lecture : 6 minutes

Chloé

par

Chloé

"Les Gestionnaires de Réseaux d'Énergie créent de la valeur ajoutée pour tous types d’acteurs. La donnée va devenir de plus en plus primordiale et il est important d’apprendre à la maîtriser." Découvrons pourquoi...

Un nouveau venu a fait son apparition dans le paysage open data de l’univers de l’énergie : le portail du gestionnaire de réseaux SRD. Cet acteur partageait bien sûr déjà une partie de ses données entre autres via le portail de l’Agence ORE (Opérateur des Réseaux d'Énergie), mais il a décidé d’aller au-delà. SRD est l’un des premiers GRD (Gestionnaires de Réseaux de Distribution) à mettre en place un tel projet. Pourquoi s’être lancé dans cette entreprise ? Avec quels objectifs en ligne de mire ? Arthur Beauchesne, Ingénieur Données et Optimisation Process, m’a aidée à comprendre les tenants et aboutissants de cette démarche. Je suis sortie de notre entretien plus cultivée que je n’y suis entrée, et j’espère que c’est exactement le sentiment que vous ressentirez après avoir lu cet article !

 

Quelles sont les compétences de SRD ?

SRD est le gestionnaire de réseaux de distribution d’électricité de 244 communes du département de la Vienne ainsi que d’une commune du Maine et Loire. “Ces communes sont adhérentes au Syndicat Energie Vienne, qui nous délègue la gestion de ses réseaux”, m’explique Arthur. 

SRD est né il y a 12 ans, suite à l’obligation pour les fournisseurs d’énergie de plus 100 000 points de livraison de séparer leurs activités de fourniture et de gestion des réseaux. “Avant 2008, c’était Sorégies qui gérait ces deux missions. Depuis, Sorégies a gardé sa fonction de fournisseur, tandis que nous avons pris le relais pour la gestion des réseaux”, nous explique Arthur. 

SRD gère 12 300 kilomètres de réseau au total pour 150 000 clients, soit 12 clients par kilomètre. “Nous faisons partie des GRD les plus ruraux de France, avec une très faible densité de clients sur notre réseau. Le caractère rural de notre territoire en fait un gisement très important en termes d’implantation des moyens de production d’énergies renouvelables (notamment éolien). C’est donc l’un des territoires les plus riches en termes de mix énergétique : plus de 50% de l’énergie consommée sur le réseau est couvert par la production renouvelable décentralisée. “Nous sommes pleinement engagés vers cette transition et nous facilitons l’insertion des moyens de production sur notre réseau”, ajoute Arthur.

SRD-Energies-1
Photo : SRD

Pourquoi lancer un projet open data ? 

Le portail de SRD a été lancé avec 18 jeux de données à son actif, répartis entre trois grandes thématiques : la production d’énergie renouvelable (des données très attendues par les collectivités), la consommation d’énergie (les données réglementaires) et la cartographie du réseau.

La publication de ces datas répond à différents objectifs :

⚡️ Recentrer les données

Cela fait plusieurs années que les gestionnaires de réseaux d’électricité sont obligés de partager leurs données de production et de consommation (cf. la loi sur la transition énergétique). “Les données réglementaires que nous partageons via l’agence ORE sont agrégées avec celles des autres GRD. Le but de notre plateforme est de recentrer ces données à l’échelle de notre territoire.” 

⚡️ Apporter de la valeur ajoutée à leurs partenaires locaux

Cette volonté de recentrage va de pair avec le désir de renforcer les liens avec les acteurs locaux et de leur proposer un véritable outil. “Avec l’aide de notre portail, nous souhaitons permettre à nos collectivités locales et à notre syndicat d’énergie d’aller plus loin dans leur analyse des données réglementaires, de les aider à établir leur PCAET (Plan climat-air-énergie territorial) mais aussi d’élargir leur spectre à d’autres types de données.” 

⚡️Favoriser la confiance et la communication avec les citoyens

Ce nouveau portail va également servir d’outil de communication. Il va permettre à SRD de mettre en avant ses activités, ainsi que sa démarche de transparence. “Cet objectif de transparence va dans le sens de l’histoire. Il n’est plus seulement question de partager des données par obligation.” Un exemple ? “Nous sommes actuellement en train de déployer des compteurs Linky. Notre portail nous permettra de montrer aux citoyens que les données que nous récoltons via ces compteurs sont utilisées à bon escient.”  L’idée est donc de toucher tout citoyen curieux et, par la même occasion, de donner un coup de boost à la notoriété du gestionnaire.

⚡️ Répondre aux sollicitations en matière de données géographiques

Le portail open data de SRD va également permettre au gestionnaire de partager ses “geodata” ou données géographiques de son réseau. Ce type de données nous est régulièrement demandé par diverses parties prenantes”, m’explique Arthur. “Nous souhaitons franchir le cap et les mettre à disposition.” 

⚡️ Gagner en efficacité et en cohérence

Actuellement, lorsque SRD a besoin de communiquer des données à ses partenaires, elle leur transmet des fichiers Excel : “C’est plutôt chronophage à gérer”, explique Arthur. “Le portail va nous faire gagner du temps et nous permettre d’assurer la cohérence des données partagées.” 

 

Comment la préparation du portail s’est-elle déroulée ?

La préparation de la plateforme SRD a été rapide car elle compile des données que l’équipe avait déjà sous le coude. “Et puis, le fait que nous soyons un acteur local avec un paramètre défini facilite les choses.”, ajoute-t-il. “Cela va se corser à l’avenir, lorsque nous voudrons aller plus loin et constituer des datasets avec de nouveaux types de données.”  

Quant à la prise en main de la plateforme ? “Nous sommes novices dans l’utilisation de ce genre de plateforme, et les ressources mises à disposition par Opendatasoft (ODS Academy, Discovery, etc) nous facilitent la tâche. Créer des pages sur la plateforme est un apprentissage permanent.” Cela tombe bien, car ce qu’Arthur préfère dans son travail, c’est…”Me lancer dans de nouveaux projets et apprendre ! Je suis en phase de découverte permanente. Si l’on m’avait dit il y a encore deux mois que j’allais un jour créer des pages en bidouillant du HTML, je ne l’aurais pas cru.”  

La facilité d’utilisation et d’intégration des données proposée par ODS (Opendatasoft) a joué en notre faveur : c’est l’un des éléments qui nous a fait remporter l’appel d’offre de SRD. Un autre avantage ? “L’expérience dont Opendatasoft jouit dans le secteur de l’énergie. Nous savions que c’était le logiciel qu’avaient choisi Enedis, GRDF ou encore l’Agence ORE. Un point très rassurant pour nous.” 

ODS gère également de nombreux portails du secteur public, dont celui de Grand Poitiers, partenaire clef de SRD. Pour le GRD, travailler avec ODS représentait donc l’avantage de bénéficier de sa double expertise secteur public / énergie et de sa proximité avec les problématiques des collectivités territoriales. “Nous pouvons également croiser nos données avec celles de ces différents acteurs, ce qui peut s’avérer très utile.”

 

SRD-Energies-3
Photo : SRD Énergie

 

Quelles perspectives ce projet open data ouvre-t-il ?

Elles seront évolutives. “L’avenir du portail n’est pas encore totalement défini. Notre idée est de créer un premier outil qui réponde le mieux possible aux besoins identifiés des utilisateurs et de le faire grandir au fur et à mesure. L’équipe d’Arthur compte récolter le plus de retours possibles afin d’améliorer la plateforme au fil de l’eau. C’est un principe qu’elle a déjà appliqué, alors même que le portail n'était pas encore ouvert au public. “Nous avons d'abord ouvert le portail à tous nos collègues. Nous avons attendons leurs feedbacks avant d’ouvrir le portail au grand public début juin.” 

D’autres perspectives à l’horizon ? “Ce n’était pas le but au départ, mais lorsque l’on voit tout ce que l’on peut accomplir avec l’outil, cela nous donne des idées ! Nous pourrions y inclure une partie “closed data” (partage de données privées) et nous en servir pour faciliter des projets en interne et fluidifier la circulation de l’information.” A suivre, donc !

 

Quel avenir pour l’open data dans le secteur de l’énergie ?

“Une chose est claire : la transition écologique passera par la donnée.” Les GRD l’ont compris, et la manipulation des données leur donne une occasion en or de mieux appréhender la production et la consommation d’énergie. Cependant, la récolte et la gestion de ces informations représentent également quelques défis...

“La gestion des systèmes informatiques est certainement un challenge (facilité par des outils comme ODS), tout comme la gestion de l’aspect RGPD.” Les GRD sont en effet amenés à manipuler de nombreuses données sensibles. Il s’agit de trouver un équilibre entre la transparence qu’ils recherchent et la protection juridique des informations partagées.

C’est d’autant plus vrai pour les GRD ruraux comme SRD : “Afin de pouvoir publier des données de production ou de consommation, nous sommes obligés d’appliquer une secrétisation suivant le nombre de clients. Cela explique que dans certaines communes à faible densité de population, les acteurs de l’énergie sont dans l’incapacité de publierde la donnée. “Cela représente un gros travail, mais il en vaut largement la peine. En partageant leurs données énergétiques, les GRD créent de la valeur ajoutée pour tous types d’acteurs. La donnée va devenir de plus en plus primordiale et il est important d’apprendre à la maîtriser”, conclut Arthur.

SRD fait partie des premiers gestionnaires de réseau à s’être embarqués dans cette démarche, et nous avons hâte de suivre les aventures d’Arthur et de son équipe. 

À bientôt pour de nouvelles dataventures !

Ce sujet vous intéresse ? Inscrivez-vous à notre webinaire ! 

Lire plus du même auteur

Catégories

Data Stories Energie & Utilities
  • Sur le même sujet, découvrez comment GRDF a renforcé sa culture de la donnée grâce à une meilleure circulation de l'information en interne.

    Le principal opérateur du réseau de distribution de gaz naturel en France a rapidement mûri son projet de valorisation des données. L'entreprise a lancé sa plateforme de partage interne de données en 2014, aujourd’hui accessible aux collaborateurs et à certains partenaires.
En savoir plus
Histoire client GRDF

Abonnez-vous
à notre newsletter