Meet Up ODS x Lamie Mutuelle : devenir une entreprise data-driven en valorisant la connaissance des adhérents

Voir le replay
Tendances

Quels challenges 2022 pour les leaders de projet data ?

Que nous réserve 2022 dans le monde de la data ? Comment soutenir ce passage à l’échelle et quels conseils donner aux leaders de projets data dans les organisations ? Retour sur les 3 grands challenges 2022 à relever pour faciliter la réutilisation massive des données et libérer ainsi la valeur potentielle associée.

Jean-Marc Lazard
CEO et co-fondateur, Opendatasoft
Voir tous ses articles

Les données sont au cœur de nos économies et de nos sociétés digitalisées. Elles sont produites en masse dans tous les secteurs d’activité (la production d’énergie, la fabrication industrielle ou de biens de grande consommation, les transports, la construction d’infrastructures, ou encore la gestion de services publics), et par tous les types d’organisations : entreprises privées, administrations centrales, collectivités territoriales, etc.

La valeur des données est largement reconnue aujourd’hui par l’ensemble des acteurs comme levier d’amélioration de leur efficacité interne, de création de nouveaux services et de revenus mais également de consolidation des liens de confiance avec leurs parties prenantes internes et externes.

L’enjeu actuel reste cependant de rendre ces données pleinement accessibles et intelligibles pour faciliter leur réutilisation et permettre à chacun d’améliorer son quotidien tant personnel que professionnel. Notre étude de novembre 2021 menée avec L’Usine Digitale, « L’exploitation et la valorisation des données au sein des organisations en France »*, souligne que si les bénéfices de l’exploitation des données sont clairement identifiés dans les organisations, la valorisation de cette ressource à grande échelle reste un défi de taille. Les freins à la création d’expériences data dans les organisations sont nombreux : faiblesse des moyens et manque de formation, difficultés à véhiculer une culture data ou encore l’existence de solutions technologiques réservées aux seuls experts. Seulement 50 % des décideurs que nous avons interrogés déclarent que leur organisation est engagée dans une démarche de valorisation des données (notamment les grandes entreprises).

Toutefois, les initiatives s’accélèrent dans tous les secteurs d’activité. En 2021, de nombreux projets data innovants ont vu le jour. De grandes organisations comme Schneider Electric ou le Groupe BPCE se sont démarquées. Les organisations du secteur public poursuivent également leur mission d’information avec des données toujours plus riches et variées, ou encore accessibles de manière ludiques (QR codes, datavisualisations, etc).

Que nous réserve 2022 dans le monde de la data ? Comment soutenir ce passage à l’échelle et quels conseils donner aux leaders de projets data dans les organisations ? Je vous propose de revenir sur les 3 grands challenges 2022 à relever pour faciliter la réutilisation massive des données et libérer ainsi la valeur potentielle associée.

Les bénéfices que génèrent les données pour les organisations ne sont plus à démontrer : gain de temps, efficacité interne, création de nouveaux services, amélioration des relations avec ses parties prenantes grâce à la transparence et l’information, etc.

Au-delà de ces avantages, les organisations qui mettent en place des projets d’accès à la donnée se positionnent en leader stratégique grâce à leur capacité à mieux anticiper les défis à venir et faire de la donnée un levier de performance.

Notre dernière étude sur la valorisation des données dans les organisations montrent que 88 % des décideurs identifient les données comme un levier indispensable pour anticiper et résoudre les problèmes.

C’est ce que nous a enseigné la crise sanitaire qui dure depuis maintenant 2 ans. Les organisations acculturées à la donnée se sont mieux adaptées et ont pu prendre de meilleures décisions dans des délais beaucoup plus courts. En mettant leurs données à disposition, elles ont permis à tous d’avoir une vision claire de la situation, pourtant inédite.

L’Assurance Maladie a par exemple décidé d’utiliser notre plateforme pour partager les données de vaccination avec les acteurs locaux et de nombreuses villes ont publié des informations sur les centres de vaccination, les taux d’incidence, etc.

Nous avons aussi créé en quelques semaines avec le Ministère de l’Agriculture une application grand public qui fédère des données très disparates pour permettre à tous de s’alimenter auprès de producteurs locaux.

D’autres acteurs étaient déjà prêts pour partager leurs données, comme Véolia qui a pu mettre à disposition des décideurs et des pouvoirs publics des données ​​sur la présence du Covid dans les eaux usées. C’était aussi le cas de SFR qui depuis 2018 présente ses indicateurs géostatistiques de manière intelligible à ses clients, qu’ils soient experts de la data ou non, via une interface de data visualisation qui facilite l’exploitation et l’analyse. Ce service a notamment permis aux acteurs de la mobilité et du tourisme de piloter la reprise sans heurts. Chaque maillon de la chaîne peut aisément faire des comparaisons pour construire une stratégie concurrentielle. Et comme les données issues d’une problématique peuvent servir à en résoudre une autre, un tel outil offre la possibilité de comprendre de nouveaux comportements clients ou utilisateurs.

L’ensemble des données disponibles permet aux acteurs de s’adapter et d’anticiper les actions à mener. Qu’il s’agisse des données de territoires, d’énergie, ou encore celles des opérateurs mobiles ou des groupes bancaires, les informations obtenues sont une mine d’or pour mieux comprendre les évolutions soudaines dans les comportements des individus et les impacts directs de la crise.

Et cela ne s’applique pas uniquement à cette situation mais à tous types de crises. Prenons l’exemple des récentes réglementations concernant les cookies : de nombreuses organisations qui souhaitaient personnaliser l’expérience des visiteurs en ligne se sont retrouvées au pied du mur avec un manque d’informations soudain et un impact direct sur leur activité. Celles qui exploitaient déjà leurs données ont pu tirer partie de cette mécanique en s’appuyant sur des données contextuelles (internes, publiques ou provenant d’autres organisations) pour mieux connaître leurs clients et faire la différence.

En tant que leader de projet data, mettre la donnée à disposition des collaborateurs et autres parties prenantes de façon simple et immédiate, c’est donc préparer votre organisation à s’adapter et à gérer n’importe quelle crise. Cela représente un élément de compétitivité indéniable et un gage de confiance pour vos collaborateurs, clients et partenaires.

L’organisation du futur ne repose pas seulement sur vos capacités à gérer les crises, mais principalement sur les talents qui la composent. Nous consommons tous de nombreuses informations en ligne dans nos vies personnelles et professionnelles, de manière simple, immédiate et directement actionnable. Mais pas encore à la data en self service. Les données et les informations qu’elles contiennent ne sont toujours pas accessibles et intelligibles spontanément et sans efforts.

Or, cela représenterait un argument majeur pour séduire les talents et attirer les nouvelles générations. Rejoindre une entreprise data-driven, c’est avoir la garantie d’une collaboration fondée sur la transparence mais aussi sur les faits et le principe du test & learn, des réflexes au coeur de la culture des digital natives, que les organisations ne peuvent plus ignorées si elles souhaitent retenir ou attirer les talents. C’est ce que développent, dans cet article publié dans McKinsey Quarterly, Aron De Smet, Bonnie Dowling, Marino Mugayar-Baldocchi et Bill Schnaninger, Great Attrition or Great Attraction? The choice is yours (septembre 2021).

Cette recherche souligne combien au-delà du salaire, des prestations et des avantages, les salariés ont surtout besoin de se sentir valorisés par leur organisation et leurs responsables. Ils ne veulent pas des “transactions” mais des interactions et du sens – et pas nécessairement en personne !

Il s’agit là d’un challenge pour les leaders de projets data à porter dès à présent au sein de leur organisation. Proposer un accès simplifié et une expérience immédiate de la donnée permet d’offrir aux collaborateurs de meilleures interactions entre eux et avec leurs managers, des relations de travail fondées sur des informations nouvelles, fiables et directement actionnables qui enrichissent le quotidien de tous dans les organisations. Mettre à disposition des collaborateurs les ressources nécessaires pour créer et/ou avoir accès à n’importe quelles expériences data qui renforceraient la transparence mais aussi l’efficacité et la bonne information de tous permettrait d’améliorer la coopération et de donner du sens aux relations professionnelles, une des principales revendications des salariés et les agents au sein des grandes organisations publiques et privées à l’heure actuelle.

Par ailleurs, les bénéfices d’un point de vue business peuvent être conséquents. SNCF Réseau chiffre par exemple à +10M€ d’économies annuelles l’impact d’une mise à disposition simple et pour tous de données métiers en interne.

Pour parvenir à ce niveau d’ouverture de la donnée, un changement profond au niveau de l’organisation est nécessaire. Les équipes doivent être formées pour comprendre l’intérêt et le fonctionnement d’une organisation data-driven. Et lorsque je parle de formation, cela ne désigne pas nécessairement une montée en compétences techniques, puisque l’objectif n’est pas d’avoir des organisations composées principalement de data scientists, mais au contraire de mettre la donnée à portée de tous, et donc il s’agit bien davantage d’une sensibilisation au potentiel de la donnée et de formations aux outils d’ouverture et à la culture data que cela implique.

Enfin, cette culture de la donnée doit s’étendre à tous et chaque organisation a un rôle à jouer et une responsabilité à assumer pour anticiper et répondre aux défis économiques, sociétaux et environnementaux. La donnée ne peut pas rester un sujet d’experts, elle doit pouvoir être consommée par chacun dans son quotidien sans efforts, comme n’importe quelle autre information, et sur n’importe quel support.

Les organisations doivent contribuer à faire de la donnée un consommable comme les autres et encourager la création d’expériences data simples, accessibles et mémorables.

Dans 10 ans, on peut facilement imaginer que le quotidien des individus sera totalement transformé grâce à la donnée. C’est déjà le cas aujourd’hui avec de nombreuses villes qui rendent la donnée accessible là où elle ne l’était pas avant. La ville d’Orléans et le Canton de Bâle font par exemple entrer la data dans les jardins en permettant aux visiteurs de scanner des QR codes sur les arbres pour accéder immédiatement à toutes les données associées.

Mais ce n’est pas qu’une préoccupation du secteur public, et c’est là que l’expérience devient vraiment intéressante. De plus en plus d’entreprises privées utilisent l’open data pour communiquer dans l’objectif d’améliorer la transparence et d’enrichir la vie des utilisateurs grâce à la data. Le Groupe BPCE est pionnier dans son secteur et nous avons accompagné leurs équipes dans cette direction.

Pour relever ce challenge, chaque organisation doit avoir accès à un outil d’ouverture et de partage de la donnée, autrement dit, un outil pour démocratiser l’accès et les usages de la donnée. C’est encore rarement le cas aujourd’hui dans les organisations même si elles sont, pour la plupart, équipées de data lakes et autres outils “experts de la donnée”.

C’est là un des principaux défis des leaders de projets data pour 2022 : en ajoutant cette “brique” d’ouverture de la donnée à leur stack technologique, les organisations parviendront à moderniser leur utilisation de la data et à mener des projets innovants, et dans des temps records. C’est un levier indispensable pour rentabiliser vos investissements dans des outils experts et continuer de créer de la valeur au quotidien.

Un dernier exemple qui illustre ce que sera le futur de la data dans les organisations avec notre client Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en Belgique, qui a positionné ODS comme le composant “data self service” standard de sa plateforme digitale, brique indispensable pour compléter ses solutions de stockage, traitement et analyse de données, et pour développer rapidement ses services digitaux.

Pour conclure, 2022 sera une année charnière au cours de laquelle les usages de la donnée devraient s’accélérer dans tous les secteurs. La data est déjà produite et stockée en masse par les organisations et elle ne demande qu’à être partageable et réutilisable par tous. Les bénéfices ne sont plus à démontrer et le champ des possibles est encore largement sous-exploité.

Chez Opendatasoft, notre ambition est d’accompagner ce changement de paradigme et d’équiper toutes les organisations où la data reste encore stockée sans être véritablement ré-utilisée. Partout où elle demeure entre les mains des experts, on souhaite démocratiser son accès et contribuer à un monde où la data améliore le quotidien de tous.

 

*Étude quantitative Opendatasoft x L’Usine Digitale, réalisée en ligne sur la période du 04/10/2021 au 31/10/2021 auprès d’un échantillon de 202 décideurs issus des secteurs de la banque, finance, assurance, du commerce / retail, de l’énergie, de l’industrie, de l’administration publique d’État, de collectivités territoriales, des services et des transports.

 

New call-to-action

 


Plus d'articles

[ÉTUDE] La valorisation des données : enjeux et perspectives Tendances
[ÉTUDE] La valorisation des données : enjeux et perspectives

Pour comprendre les pratiques actuelles des organisations en matière de valorisation de la donnée, nous avons interrogé en octobre 2021 plus de 200 décideurs de grandes organisations et de tous le...

L’importance du Net Promoter Score (NPS) chez Opendatasoft Actualités
L’importance du Net Promoter Score (NPS) chez Opendatasoft

Comment notre équipe mesure-t-elle la satisfaction de nos clients et comment oeuvre-t-elle à son amélioration ? Le point avec Ysée Rogé, Directrice du Service Client d'Opendatasoft.

Le rôle des données extra financières pour crédibiliser les initiatives RSE Tendances
Le rôle des données extra financières pour crédibiliser les ini...

En quoi le contexte actuel impacte le rôle sociétal des entreprises et les besoins en données extra financières ? Comment tirer profit de ces données en améliorant sa crédibilité auprès de se...

[ÉTUDE] La valorisation des données : enjeux et perspectives Tendances
[ÉTUDE] La valorisation des données : enjeux et perspectives

Pour comprendre les pratiques actuelles des organisations en matière de valorisation de la donnée, nous avons interrogé en octobre 2021 plus de 200 décideurs de grandes organisations et de tous le...

L’importance du Net Promoter Score (NPS) chez Opendatasoft Actualités
L’importance du Net Promoter Score (NPS) chez Opendatasoft

Comment notre équipe mesure-t-elle la satisfaction de nos clients et comment oeuvre-t-elle à son amélioration ? Le point avec Ysée Rogé, Directrice du Service Client d'Opendatasoft.

Le rôle des données extra financières pour crédibiliser les initiatives RSE Tendances
Le rôle des données extra financières pour crédibiliser les ini...

En quoi le contexte actuel impacte le rôle sociétal des entreprises et les besoins en données extra financières ? Comment tirer profit de ces données en améliorant sa crédibilité auprès de se...