<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=520191968931277&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Votre portail de partage de données est-il bien à jour ?

Smart city Secteur public Data tips

13 février 2020

Lecture : 6 minutes

Lora

par

Lora

Votre portail est-il bien à jour ? Les 4 questions que nous allons vous poser dans cet article vous aideront à y voir plus clair et à répondre à vos objectifs.

Il y a tout juste un peu plus de dix ans, Tim Berners Lee – l’inventeur du web – a proposé au monde entier de partager ses données. Cette même année, le gouvernement fédéral américain a mis au point un programme national d’open data ou données ouvertes et lancé data.gov avec 47 premiers jeux de données. Depuis, de nombreuses collectivités territoriales à travers le monde lui ont emboîté le pas et mis en place leurs propres stratégies de partage de données.

Dans la plupart des cas, nous avons observé une nette augmentation dans la quantité d’informations mises à la disposition du public sur les sites web de ces collectivités.

Certaines se sont mises à publier des feuilles de calcul Excel et CSV contenant des données précieuses pour leurs résidents comme pour les entreprises. D’autres se sont dotées de portails de données très complets, offrant de multiples options de visualisations. Quel que soit l’outil de transmission que ces collectivités ont choisi d’adopter, toutes leurs initiatives semblent faire écho à l’appel de Barack Obama (l’un des pionniers mondiaux du mouvement open data), qui a déclaré en 2009 que « l’ouverture ne pourra que renforcer notre démocratie, elle favorisera l’efficacité et l’efficience dans les pratiques de gouvernement. »

Presque dix ans plus tard, je pense que la plupart d’entre nous conviendra que l’authenticité des données est une valeur-clé, non seulement en matière de transparence, mais aussi d’innovation. Les décideurs ont accès à de plus en plus de données exploitables, qu’ils peuvent utiliser pour améliorer les services rendus à la collectivité. Je pense que nous pouvons également convenir que nous n’en sommes encore qu’aux prémisses de cette exploitation des données dans une perspective de services publics. Partager ses données est une chose, mais s’assurer que lesdites données répondent bien à l’évolution des besoins à l’ère numérique en est une autre.

Votre projet de partage de données arrive à maturité et vous vous demandez si les solutions techniques qui vous sont proposées pour le mettre en œuvre sont assez efficaces ? Cet article soulève les quatre questions que vous devez vous poser lorsque vous fixer les objectifs de votre portail de partage des données et les mesures qui devront être prises afin d’en assurer le succès.

Votre outil de partage des données va-t-il aider à penser et à bâtir plus intelligemment la ville ?

Si vous suivez l’actualité de la sphère data , vous aurez peut-être remarqué que beaucoup de professionnels sont méfiants envers le concept de « ville intelligente » ou « smart city ». C’est en effet un raccourci à la mode, qui peut désigner à peu près tout et son contraire. Mais si l’on se donne la peine de creuser un peu, une « ville intelligente » se définit surtout par une administration qui cherche des solutions aux défis très concrets auxquels sont confrontées les collectivités urbaines : les embouteillages, les pics de pollution, la mauvaise gestion des déchets et les accidents de la circulation. Une « ville intelligente » s’efforce de résoudre ces problèmes et de se donner les moyens d’être plus sûre, plus efficace et plus performante.

La mesure avec laquelle chaque collectivité se sert de la technologie pour améliorer le bien-être  de ses résidents est une autre question (si vous voulez en savoir plus sur le rôle de la technologie dans les villes intelligentes, 👉 lisez notre interview de Ben Green - en anglais). L’avènement de la technologie n’apporte pas toutes les réponses à nos questions, mais elle nous permet de trouver des solutions innovantes à des problématiques qui ne pourront que s’intensifier au rythme de la croissance des populations urbaines. Votre portail de données pourrait bien avoir son rôle à jouer pour surmonter les défis de plus en plus pressants auxquels votre ville est confrontée.

Demandez-vous si votre portail de données a bien la capacité d’intégrer des données provenant de capteurs en temps réel et de les présenter dans des visualisations accessibles. L’objectif ? Que vos équipes et vos concepteurs puissent les utiliser afin de rendre les services publics plus efficaces. Si vous voulez en savoir plus, lisez le témoignage de notre client Citilog et découvrez comment un leader mondial du contrôle vidéo des activités de transport a pu fournir à la municipalité d’Atlanta de précieuses données statistiques en temps réel sur la circulation dans cette ville.

Vos équipes intégrées bénéficient-elles pleinement de tout ce que votre portail de données peut leur offrir ?

La plupart des collectivités locales accorde une grande importance au partage de données avec leurs habitants et avec les entreprises résidentes. Et bien que la responsabilité publique et l’innovation soient les deux bienfaits du partage de données les plus couramment évoqués, elles ne sont pas et ne devraient pas être les seuls buts poursuivis dans une ville qui cherche à améliorer ses pratiques de partage de données.

On oublie trop souvent que les premiers utilisateurs de vos données et leurs meilleurs représentants sont souvent vos propres employés, les membres des équipes municipales. Ces données ne doivent pas rester du domaine exclusif des services d’informatique et de technologie des informations. En réfléchissant à la façon dont vous allez pouvoir étendre et améliorer votre offre informatique en 2020, demandez-vous si toutes vos équipes ont bien accès aux données dont ils ont besoin pour être plus productifs, prendre des décisions mieux documentées et, enfin, mieux servir la population.

Assurez-vous que votre plateforme dispose bien de toutes les fonctionnalités nécessaires à une gestion transparente des données (Si vous êtes novice en matière de gouvernance des données, nous avons ce qu’il vous faut !) Si au contraire cette notion vous est familière, connectez-vous directement au back office de votre portail afin de vérifier que votre solution informatique vous donne bien la possibilité d’accorder des droits d’accès différents à chaque équipe de votre organisation, en fonction des projets et besoins spécifiques.

Votre portail est-il adapté au partage de données collaboratif ?

En matière de partage de données, l’union fait la force. Les collectivités locales et régionales apprécient de plus en plus les avantages de la mise en réseau entre territoires voisins, afin d’utiliser les données publiques pour trouver les moyens de résoudre des problèmes communs. De l’autre côté de la Manche, la ville de Londres a créé, en juin 2019, le London Office for Technology and Innovation. Cette initiative constitue « un nouveau véhicule collaboratif des councils de Londres afin de renforcer la capacité de ces arrondissements à innover, à créer des aptitudes et compétences communes et à développer l’innovation numérique dans l’ensemble des services publics londoniens. » Il est probable que dans la décennie qui s’annonce, nous verrons un nombre croissant de collectivités nouer avec leurs voisines un réseau de partages de données légal, éthique et sécurisé, pour la résolution de problèmes communs.

 

En ce qui concerne votre propre portail de données, vous pouvez réfléchir à centraliser les données de différents services municipaux (si vous êtes une ville) ou de différentes villes (si vous êtes une communauté territoriale). Une bonne façon d’y parvenir est de mettre en place une plateforme de partage de données permettant à différentes entités de disposer de leur propre sous-domaine. La belle région d’Occitanie, dans le sud de la France, qui comprend treize unités administratives dites départements, a lancé un portail de données ouvertes en 2018. L’un de ses principaux objectifs était de centraliser les données de l’ensemble de la région tout en laissant à chaque département la liberté de gérer les leurs. En utilisant les fonctionnalités de sous-domaines de la plateforme Opendatasoft, la région s’est engagée dans une démarche commune avec chacun de ses treize départements. En Amérique du Nord, l’Office of State Budget and Management de Caroline du Nord, ainsi que la ville de Vancouver, utilisent également, à des degrés divers, les sous-domaines afin de pouvoir inclure des organismes internes ou extérieurs dans une démarche de partage des données ouvertes.

Votre portail permet-il à vos résidents de devenir des acteurs de l’utilisation de données ?

Pour fermer la boucle, parlons des besoins des populations en matière de données. Lorsque vous en avez initié le partage, votre première préoccupation était probablement de rendre les données publiques accessibles à tous vos résidents. Toutefois, le simple fait de publier des données ne signifie pas pour autant que tous les utilisateurs que vous ciblez posséderont les compétences et les connaissances nécessaires à une utilisation active desdites données.

Plus importante, donc, que leur simple publication sur un site web public est la forme sous laquelle vous allez les présenter. Tout d’abord, quelle que soit la nature de votre catalogue de données, l’avez-vous doté d’une page d’accueil claire, avec des catégories clairement énoncées ? (Vous ne savez pas trop à quoi ça peut ressembler ? Rendez-vous sur la page d’accueil des données ouvertes de la ville de Vancouver) En quelques clics seulement, vos utilisateurs doivent pouvoir repérer où se trouvent les informations qu’ils recherchent et la manière de les visualiser, de les télécharger ou de les partager. Il peut s’avérer utile de créer une page de sommaire dédiée à vos ensembles de données les plus populaires, afin que tous ceux qui ne recherchent que les grandes lignes d’un sujet puissent en trouver facilement les points forts. Le portail de données ouvertes de l’Office of State Budget and Management de Caroline du Nord en offre un bon exemple. Sa page-sommaire de données sur l’Éducation présente quelques faits et graphiques de base, suffisants pour quiconque n’a pas besoin d’une information plus complète.

  • Pour vos utilisateurs un peu plus expérimentés, avez-vous réfléchi aux options de visualisation qu’offre votre portail ?
  • Ce type d’utilisateur est habitué à une manipulation plus experte et à adapter vos données à leurs besoins propres. Peuvent-ils facilement naviguer et les filtrer ?
  • Peuvent-ils visualiser la sélection qu’ils en auront faites, sous forme de graphiques, de tableaux ou de cartes ?

Ce sont là des questions qui valent la peine d’être posées si vous désirez que vos données soient utilisées de manière active. Enfin, peuvent-ils facilement les télécharger et les partager ? Si la réponse à l’une de ces questions est non, il faut peut-être vous demandez si vous disposez bien de l’outil adéquat pour exploiter au mieux vos données.

Envie de discuter ? Contactez-nous dès aujourd’hui et laissez-nous vous aider à faire briller vos données !

Demander une démo

Lire plus du même auteur

Catégories

Smart city Secteur public Data tips

Abonnez-vous
à notre newsletter