<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=520191968931277&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

10 raisons de capitaliser sur le numérique pour booster votre politique RSE

Culture data RSE

27 avril 2020

Article : 9 minutes

Team

par

Team

Et si les outils numériques tels que l'open data pouvaient révolutionner votre manière de communiquer à propos des initiatives RSE de votre entreprise ? Voici 10 arguments qui risquent de vous convaincre...

À l’heure où les parties prenantes exigent des preuves concrètes des engagements affichés par les entreprises, le partage de données devient crucial pour répondre aux enjeux de la RSE. Voici 10 bonnes raisons de placer la transformation digitale au service de la responsabilité sociétale de votre organisation.

1. Passez de l’affirmation à la démonstration


Pour convaincre de la sincérité de leur démarche RSE, les entreprises doivent, selon Bernard Sananès, président du cabinet d’études et de conseil Elabe, remplir trois conditions : « la gouvernance du projet doit s’affirmer comme une véritable ambition stratégique, la démarche doit embarquer le plus largement possible les collaborateurs et la culture de la preuve doit s’installer avec l’affichage de résultats ». « L’action ne pourra convaincre qu’en produisant des preuves observables et des résultats concrets. Le choix d’indicateurs pertinents et transparents sera essentiel pour rendre l’action lisible, les résultats appropriables et la progression convaincante. Avec un objectif majeur : passer de l’affirmation à la démonstration ».

 

2. Apportez des preuves tangibles à partir d’éléments mesurables

L’ère du « greenwashing » est révolue. Les discours marketing sans fondements concrets ne passent plus. « Afin de rester attractives, les marques ont besoin de (dé)montrer qu’elles se donnent les moyens de réduire leur empreinte négative et de mettre en place des initiatives positives », estime Jean-Marc Lazard, CEO d’Opendatasoft. « Les acteurs du marché, investisseurs comme clients, influenceurs ou encore ONG, ont besoin de preuves tangibles : des données concrètes. Ces dernières permettent aux parties prenantes de faciliter leur « fact-checking » et de bâtir un socle de confiance à partir d’éléments mesurables ». En créant un portail open data, vous exposez vos données en tant que preuves aux yeux de toutes vos parties prenantes. C’est l’occasion parfaite de montrer concrètement les actions engagées et d’en démontrer les résultats de manière mesurable.

 

3. Montrez votre ambition d’agir en entreprise responsable

En mettant correctement en valeur vos données RSE, vous traduisez votre volonté de prendre en compte et de réduire les impacts négatifs que votre entreprise peut avoir sur l’environnement et la société. Dans le secteur de l’industrie, par exemple, Vallourec, leader mondial des solutions tubulaires premium pour les marchés de l’énergie et de l’industrie, a lancé en 2019 sa plateforme de données publiques et a mis l’accent sur ses données RSE. Ces dernières incluent des chiffres clés liés à la répartition du personnel, à la formation, à la sécurité et à l’impact environnemental des entreprises. La direction de l’entreprise a réalisé que cette stratégie de partage de données pouvait être utilisée pour mettre en avant ses engagements : exploiter de manière responsable les ressources de la planète et favoriser un environnement de travail équitable.

joshua-lanzarini-FGvQKMP-iXY-unsplash

 

4. Affirmez votre engagement en matière de transparence


Publier vos données RSE met en lumière votre volonté de transparence vis-à-vis de l’ensemble de votre écosystème. C’est une initiative forte d’entreprise citoyenne qui contribue à faciliter le dialogue. Le portail open data de Kering illustre parfaitement cette stratégie. « Le partage des données vise à inciter d’autres entreprises à renforcer la transparence de leur chaîne d’approvisionnement et à évaluer précisément leur impact sur l’environnement », souligne ainsi Marie-Claire Daveu, directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering. Ce portail permet d’accéder à une grande variété de données liées à l’impact environnemental global du groupe. Ces informations vont dans le détail des matières premières utilisées, de la localisation des sites de production du groupe et des processus mis en œuvre à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement.

 

5. Améliorez vos reportings RSE

De nombreuses entreprises partagent encore leurs résultats RSE sous la forme de PDF indigestes et difficiles à déchiffrer. Or, les programmes RSE sont riches en données qui valent la peine d’être partagées de manière plus interactive. Passer par une plateforme open data permet de créer des reportings intuitifs, riches en visualisations, en graphiques et en tableaux.  Ce format facilite le partage et la diffusion de ces informations auprès de tous types de publics : actionnaires, collaborateurs, journalistes ou encore citoyens

 

6. Générez de la promotion gratuite à partir de vos données

Vos données RSE ont vocation à être reprises par différents acteurs : chercheurs, journalistes, analystes, ONG… Les messages qui sont diffusés via ces opérateurs « neutres » ne sont pas assimilés à une démarche commerciale et rencontrent donc davantage d’écho auprès de la population. Ces contributions représentent de belles occasions pour votre entreprise de mettre ses engagements sur le devant de la scène.

 

7. Renforcez et faites évoluer vos initiatives RSE

Publier des données relatives à la progression de son entreprise sur ses objectifs de développement durable lui permet de porter son initiative RSE encore plus loin. C’est ce qu’a constaté la SNCF. Depuis 2016, SNCF Réseau publie l’ensemble de ses indicateurs RSE, couvrant les 42 thématiques de la loi Grenelle : aussi bien les volets sociaux (emploi, organisation du travail, relations sociales, santé, sécurité, formation, égalité de traitement, discrimination, etc.) qu’environnementaux (pollution, gestion des déchets, utilisation durable des ressources, changement climatique, protection de la biodiversité, énergie, etc.) et sociétaux (ancrage territorial, économique et social, dialogue avec les parties prenantes, etc.). Sur le portail open data de l’entreprise, l’utilisateur peut ainsi trouver, par exemple, le pourcentage de femmes qui occupent un poste de cadre. Le type de données dont la progression peut être facilement suivie d’année en année.

 

8. Encouragez l’open innovation

L’ouverture des données aux chercheurs et aux start-ups favorise l’open innovation et vous offre la possibilité de faire appel à une forme de R&D externalisée. L’open data peut ainsi devenir pour vous un véritable relai de croissance. Cette démarche permet de « se rapprocher de l’écosystème open data en France, qui est particulièrement dynamique et ouvert à la co-création et au partage d’expériences, l’objectif étant de travailler plus vite et d’inventer ensemble de nouveaux modèles », explique ainsi Pierre-Philippe Cormeraie, Chief Digital Evangelist du groupe BPCE. Pour Kering, il s’agit également d’encourager les développeurs, les experts techniques et les spécialistes du développement durable à créer une nouvelle génération d’applications et de solutions digitales. L’objectif ? Mieux comprendre le lien entre le secteur de la mode et son impact environnemental.

joshua-sortino-LqKhnDzSF-8-unsplash

 

9. Facilitez la collaboration et la performance de vos équipes en interne

Même si elles ne sont pas la première cible visée, vos équipes sont souvent les premières utilisatrices de votre plateforme open data. Elles ont un accès facilité aux données et peuvent échanger et collaborer sur la base des mêmes chiffres, centralisés en un même lieu, facilement accessibles et exploitables. L’ouverture de la donnée est « en interne le gage d’une collaboration et d’une performance démultipliées », souligne ainsi Henri Planchon, IT and Data Project manager de Vallourec. Pour Pierre-Philippe Cormeraie (BPCE), elle « permet d’acculturer les différentes entités du groupe sur l’open data, d’échanger sur ses enjeux et ses opportunités ». De plus, l’ouverture d’un portail open data a le mérite de mobiliser plusieurs services (communication, RSE, relations investisseurs, juridique, etc.) autour du projet.

 

10. Incarnez l’excellence digitale, améliorez votre réputation et attirez de jeunes talents

Le portail open data est une brique incontournable de toute stratégie numérique. « L’ouverture de la donnée fait partie des indispensables de tout programme de digitalisation, autant pour ses applications nombreuses et immédiates parfois insoupçonnées que par le levier de communication qu’elle représente », estime ainsi Henri Planchon (Vallourec). « Même les moins technophiles en comprennent rapidement l’incroyable valeur ajoutée : l’ouverture des données incarne en externe un label d’excellence digitale ».

En publiant vos données RSE, vous mettez en avant votre ambition d’être une entreprise responsable, transparente et moderne. Cette démarche contribue à améliorer votre image et votre réputation auprès de toutes vos parties prenantes, dont vos consommateurs.

Vous adressez aussi un signal fort aux futures recrues. Les jeunes générations sont en effet particulièrement sensibles aux objectifs de la RSE (réduction de l’impact environnemental, égalité hommes / femmes, etc.), mais également à l’intégration par les entreprises des nouvelles technologies. L’open data constitue donc un double atout pour attirer de jeunes talents.

―――――――――――

Pour toutes ces raisons, l’open data s’inscrit clairement dans le sens de l’histoire. Pour Pierre-Philippe Cormeraie (BPCE), il s’agit d’« une démarche qu’il est urgent d’entreprendre car tous les secteurs d’activité devront tôt ou tard l’adopter, soit de manière volontariste, soit parce que le régulateur l’exigera. Alors autant s’y préparer, on gagne toujours à innover ». (BPCE)

Découvrez notre solution !

Lire plus du même auteur

Catégories

Culture data RSE

Abonnez-vous
à notre newsletter