<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=520191968931277&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

L’open data entre dans une nouvelle ère

Evénements Culture data

13 novembre 2020

Lecture : 6 minutes

Chloé

par

Chloé

L'ère de l'open data, v.2, est arrivée ! Découvrez les enseignements que nous avons tirés de l'édition 2020 de Data on Board, notre sommet dédié au partage de données.

Le 5 novembre dernier a eu lieu notre sommet annuel “Data on Board”. Cette année, cet événement si important pour nous a eu lieu 100% en ligne et a attiré plus de 670 Data Heroes.

Nous avons eu la chance d'y accueillir une trentaine d’intervenant.e.s provenant des quatre coins du monde. Ils ont partagé avec nous leurs retours d’expérience liés au partage des données de leur organisation

Un élément m’a particulièrement marquée : les cas d’usage présentés ont beau être différents les uns des autres, il se dégage d’eux de nombreux concepts communs. J’imagine que vous avez envie de les découvrir…  C’est parti !

 

L’open data, v. 2 : éditorialisation et “self-service”

Comme l’a dit Jean-Marc Lazard, notre CEO, lors de son discours de clôture, “on a clairement dépassé le stade de l’open data V1, du seul site web en mode catalogue.” En effet, les données sont désormais préparées, contextualisées et rendues accessibles au plus grand nombre. Dans ce cadre, les apps, tableaux de bord et autres solutions packagées prêtes à l’emploi sont de plus en plus utilisées. C’est ce qu’on appelle l’éditorialisation de la donnée.

Ce phénomène a permis de créer une culture du “self-service” de la data. “Les entreprises ne tombent plus dans le piège des reportings soi-disant accessibles à tous qui ne parlent en fait qu’aux experts”, explique Jean-Marc. “L’exploration de données est entrée dans une nouvelle ère : elle doit désormais être accessible à toutes et tous, quelles que soient leurs compétences.”

C’est également la conviction d’Antonio Ibáñez Pascual, Responsable du service Transparence et réutilisation des Informations de la Junta de Castilla y León. La communauté autonome espagnole s’est démarquée ces derniers mois en créant des visualisations claires avec ses données relatives à l’épidémie du Covid-19.

“L’open data est très utile pour les développeurs, les journalistes, les étudiants, les chercheurs et autres professionnels”, explique Antonio. “Ce sont des acteurs spécialisés qui savent comment exploiter la donnée. Mais nous devons également prendre en compte le reste de la population. La plupart des gens demandent une information simple qu’ils peuvent comprendre. C’est pourquoi nous avons commencé à développer des tableaux de bord compréhensibles aux yeux de tous.”

 

Situación epidemiológica del coronavirus en Castilla y León — Análisis de datos abiertos JCyL

 

La Junta de Castilla y León est loin d’être le seul acteur à avoir compris et exploité cette dynamique. La majorité des organisations représentées à Data on Board ont déjà sauté dans le train de la visualisation (avec leur cape de “Data Hero”, bien sûr). C’est le cas de Victor Kahn, Chef de projet open data du département de l’Hérault : “Je constate que ce genre d’outil est très populaire car il s'inscrit dans les besoins concrets des usagers”, nous a-t-il confié. Le département a par exemple mis à disposition de ses citoyens une cartographie de l’éligibilité à la fibre, ainsi qu’un Observatoire de l’épidémie Covid-19. 

 

herault-open-data

 

L’Agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Energie) joue aussi de plus en plus la carte de l’éditorialisation. “Nous venons de publier tout récemment de nouvelles datavisualisations”, explique Sébastien Do, Chef de Projet à l’Agence ORE, “dont celle du tableau de bord à destination des EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale). Il met en avant les différents indicateurs liés à leurs plans climat-air-énergie territoriaux. Nous travaillons également sur une cartographie qui permettra de mieux appréhender les installations de production d’électricité sur un territoire donné.”

 

agence-ORE-EPCI

 

“Plus globalement, l’usage de la dataviz nous permet de nous structurer et de mieux communiquer”, ajoute Marie Auriemma Mottot, Directrice Ville durable d’Issy-les-Moulineaux. Issy est en effet l’une des villes pionnières en la matière. Son portail open data regorge de visualisations colorées.

 

trier-issy

 

Ces dernières ont été réalisées en partenariat avec WeDoData, agence spécialisée en dataviz. Brice Terdjman, Data Scientist, s’est exprimé à ce sujet lors de Data on Board :  “Notre travail, chez WeDoData, consiste à utiliser des moyens pour habiller les données, pour les scénariser afin de mieux les appréhender, de les naviguer, de les comprendre et de prémâcher le travail pour l’utilisateur.”

WeDoData et Opendatasoft sont en train de travailler sur une offre packagée dédiée à la scénarisation des données RSE des entreprises. Affaire à suivre…



L’exploitation de données massives

Quel que soit leur secteur d’activité, la plupart de nos clients doivent travailler avec des flux de données de plus en plus impressionnants, souvent récoltés via des capteurs. La gestion d’un volume de données aussi important est un véritable challenge auquel il faut s’adapter.

“La valeur de ces données ne saurait s’exprimer sans une mise à disposition standardisée et industrialisée au plus grand nombre”, explique Jean-Marc Lazard. En effet, il est possible de dégager de nombreux bénéfices de ces données massives, à condition de les organiser et de les exploiter correctement.

Nos Data Heroes l’ont bien compris. Ils sont nombreux à avoir créé de nouveaux services liés à leurs données. Ces dernières sont rendues disponibles via des catalogues de données B2B, ou encore via des “data products”, ces services business d’accès à l’information et d’aide à la décision. Ces données massives sont un composant essentiel de la transformation digitale de nombreuses entreprises...

… Dont de Birdz, pionnier du télérelevé des consommations d'eau. Cyrille Lemoine, Head of Water Business Line, nous explique : “Une seule de nos sondes Kapta remonte plus de 1440 données par jour, soit environ 525 000 par an. Ces valeurs sont elles-mêmes l'agrégation de 157 Millions de mesures effectuées par une seule sonde. Nous avons développé nos propres tableaux de bord afin de gagner en productivité lors de l’analyse de ce volume important de données, ce qui facilite le travail de nos clients.”

EDF SEI fait face au même type de problématique. Amalia Ouriachi, chef de projet Smart Grids, nous le confirme : “Nous avons mis en place des flux informatiques pour récupérer de l’information en temps réel comme le mix électrique.

Cela nous a forcé à nous questionner sur les données que nous avions à disposition et comment les structurer pour les mettre à disposition le plus simplement possible.

Et bien sûr tout cela en cohérence avec le cadre réglementaire de protection des données.”

 


 

Nos intervenant.e.s en sont témoins, 2020 a été marquée par un nombre incroyable de réalisations et une accélération des projets. “La data est en train de devenir un nouveau type de contenu à part entière”, a résumé Jean-Marc en fin de journée : “un contenu qui, comme le texte, les images ou les vidéos, cherche les moyens de standardiser sa manière d’avoir de l’impact sur son audience. Et tout comme les CMS pour les autres types de contenus, les plateformes open data telles que la nôtre s’imposent comme le standard du data publishing que ce soit vers l’intérieur ou vers l’extérieur des organisations.”

Cette standardisation est d’actualité, aujourd’hui plus que jamais. La crise du Covid-19 a vu la publication de données engendrer des réutilisations aux quatre coins du monde en quelques instants. “La demande croissante du marché fait que le partage de données est en train de devenir la normalité des années 2020”, poursuit Jean-Marc. 

Les clients, employés, citoyens, partenaires business attendent maintenant des données qu’elles soient disponibles en mode “self-service”. C’est donc un sujet stratégique que toute organisation a intérêt à considérer sans tarder.

À bientôt pour de nouvelles dataventures !

 

DÉCOUVRIR LES REPLAYS DE DATA ON BOARD 2020

Lire plus du même auteur

Catégories

Evénements Culture data

Abonnez-vous
à notre newsletter